Mezz Mezzrow et Bernard Wolfe – La rage de vivre (Corréa, 1953)

DSC00448 small

Je finis de lire La rage de vivre (really the blues en anglais), l’autobiographie de Mezzrow, jazzman blanc qui vivra toute sa vie parmi les noirs. On y découvre comment il rencontra le jazz en prison à la fin des années 20, devint l’ami de Sydney Bechet et Louis Armstrong, vendit de la bière pour Al Capone, introduisit la Marijuana à Harlem, s’adonna aux joie de l’opium… Le livre est très bien écrit, le style de Mezzrow est virevoltant et malicieux, il fait la part belle à l’argot des noirs américains des années 30. Mezzrow resta fidèle toute sa vie au style New Orleans, il chercha continuellement en se rapprocher de ses racines, à en garder l’esprit originel, à le comprendre de l’intérieur en sondant l’âme du peuple opprimé qui le fit naître. Si de nos jours ce type de jazz peut paraître plan-plan, et désuet, faire figure de jazz à papa, La Rage de vivre remet les points sur les i et rappelle qu’à la base il était une musique de bordels et de gangsters, qu’il est né des bas-fonds des villes et sentait le souffre.

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :