Artistes divers – Field Recordings From Alan Lomax’s Southern Journey, 1959-1960 (Mississippi Records, 2010)

Je n’ai découvert le label Mississippi Records que récemment, un peu plus d’un an je crois, mais il est en passe de devenir une véritable obsession. Cette réédition de 5 vinyles regroupant des enregistrements  réalisés par Alan Lomax dans le Sud des Etats Unis entre 1959 et 1960, ne va rien faire pour arranger les choses. Durant 2 ans Alan Lomax a parcouru les états de Virginie, Kentucky, Tennessee, Alabama, Mississippi, Arkansas, Georgie, Caroline du Nord et a collecté plus de 70 heures de musique.  Il en résultera une série de 7 vinyles  publiée par Atlantic sous le nom de Southern Folk Heritage Series, et une autre de 12 vinyles publiée par Prestige sous le nom de Southern Journey. Les compilations de Mississippi Records puisent dans les 2 séries et proposent également des morceaux inédits.

J’avais entendu parlé des ces enregistrements il y a quelques années de cela en parcourant les notes de pochette d’une des rééditions que Bo’ Weavil avait consacrées à Shirley Collins. La chanteuse avait en effet accompagné Alan Lomax dans son périple. Depuis ce jour, je brûlais d’envie d’entendre le fruit de leur travail. Le temps a passé et quelle ne fut pas ma surprise quand à la fin de l’année 2010, j’ai vu débarqués ces 5 vinyles sur la newsletter d’un des sites de vente en ligne que j’affectionne le plus. Après une attente interminable (un mois et demi, pour cause de problème d’approvisionnement) ils débarquent enfin chez moi à la fin du moi de Décembre.

Que dire sinon que la musique contenue sur ces 5 disques est d’une beauté stupéfiante…  Toutefois, il est vrai que dans un autre contexte, certains morceaux ne m’auraient pas touché plus que cela. Beaucoup de styles se côtoient et certains n’avaient a priori rien pour me séduire. Seulement voilà, ils acquièrent ici un sens bien différent que pris de manière isolée. C’est ce qui fait la force de ces disques. Les différents styles s’enrichissent mutuellement, et modifient la perception qu’on peut avoir de chacun d’entre eux. L’ensemble devient  bien plus que la somme des parties. Plus qu’une juxtaposition de morceaux indépendants, ces compilations deviennent un véritable panorama de la musique du Sud des Etats-Unis. Elles encapsulent un lieu et une époque. Elles sont également pour moi la bande son d’un voyage par procuration à travers ces terres mille fois fantasmées. Mon imagination s’enflamme, hantée par toutes ces images semées depuis des années par tous les films, reportages ou photos que j’ai pu voir.

Jamais encore, à part peut être certains morceaux de folk anglais (merci Shirley Collins, merci Anne Briggs), une musique m’avait autant submergé par ce sentiment d’être confronté à l’histoire d’une vie d’Homme. Une vie à la portée universelle,  symbole de l’histoire de l’humanité toute entière. Le sous titre de cette série de compilations aurait pu être La Condition Humaine.  J’espère qu’André Malraux et Terrence Malick approuveront.

Ces musiques mettent également à mal certaines idées reçues à propos des artistes et des musiciens. La première d’entre elles, très romantique et souvent véhiculée par les journalistes Rock, friands de destins tragiques et de looser magnifiques, est celle de l’artiste épris de son art avant toute chose, tourmenté et en proie à ses passions et ses démons intérieurs. L’autre est celle de l’artiste professionnel et rémunéré, « divertisseur » des masses, et éminent  membre de la Société du Spectacle. Les musiciens et chanteurs enregistrés par Alan Lomax, sont des gens ordinaires et leur musique est leur quotidien. Gospel, berceuse, work songs, blues prennent leur sens dans la vie de tous les jours. Certains d’entre eux n’avaient plus joué ou chanté depuis des années, pour cause de maladie ou tout simplement parce qu’ils n’avaient plus le temps. Ils avaient des enfants à élever, une famille à nourrir. Les musiques présentées ici sont belles et âpres et c’est ce qui fait toute leur force. Elles sont captées au plus près du quotidien des leurs interprètes, chez eux, dans leurs églises, sous leurs porches, dans leurs prisons…  Plutôt que de paraphraser Alan Lomax je le cite directement, car j’approuve à 100% sa vision des choses : « Extraites de leur contexte stylistique, et chantées « bien », elles sont au mieux changées. Ce seraient une forme de snobisme que de dire, comme le font certaines personnes, qu’elles ont été « améliorées ». De mon point de vue, elles ont perdu quelque chose, et ce quelque chose est important. »

Dans un premier temps j’avais voulu entrer plus dans le détail et parler des morceaux de manière individuelle. J’y ai renoncé. Tout ce qu’il y a à savoir c’est qu’il n’y a pas un seul mauvais morceau sur l’ensemble des 5 disques. Certains sont juste très beaux, d’autres sont bouleversants. Une chose est sûre, la musique contenue ici a le pouvoir de changer la façon dont on écoute la musique de manière générale, et cela est à mon avis le plus grand compliment qu’on puisse faire à un disque. Difficile de préférer une des compilations aux autres. Soyez juste sûr d’un écouter au moins une. Cependant, si j’osais, je vous dirais d’écouter en priorité Wave the Ocean, Wave the Sea car elle contient Sherburne (186) (morceau en écoute en haut à droite de la page), l’un des morceaux les plus extraordinaires entendus récemment. Le genre de morceau qui prend aux tripes à chaque écoute. C’est également le genre de morceau qui fait voler en éclats certitudes et préjugés, car oui, Sherburne (186) est une chorale de Noël.

Les 5 compilations publiées par Mississippi records sont :

MR-057, Wave the Ocean, Wave the Sea

MR-058, Worried Now, Won’t Be Worried Long

MR-059, I’ll Meet You On That Other Shore

MR-060, I’ll Be Glad When The Sun Goes Down

MR-065, I’m Gonna Live Anyhow Until I Die

Retrouvez également cette chronique sur SUBSTANCE-M

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

3 Réponses to “Artistes divers – Field Recordings From Alan Lomax’s Southern Journey, 1959-1960 (Mississippi Records, 2010)”

  1. Francky 01 Says:

    Hello.

    C’est vrai que cette anthologie d’Alan Lomax est mythique. J’ai souvent lu des papiers dessus ou des artistes y faire référence.
    Lomax a fait plus que compilé des chansons. Il a mis à jour tout un patrimoine qui retrace l’histoire tumultueuse de la Nation Amérique.
    Je crois que Bob Dylan y a pas mal puissé……Très beau papier en tout cas que tu as écris là !!!

    A +

    • johancolin Says:

      Salut. Oui tu as tout à fait raison, il a mis à jour un patrimoine. Bob Dylan comme tous ceux du revival folk du début des années 60 y ont largement puissé. C’est un peu la base de toute la culture folk U.S. Les enregistrements de Lomax ont contribué à rendre accessible à un plus grand nombre toutes ces chansons traditionnelles. Mais n’oublions pas non plus le label Folways qui est lui aussi une des pierres angulaires du répertoire folk.
      A+

    • johancolin Says:

      Mais n’oublions pas Harry Smith (dont malheureusement je ne connais pas -encore- les travaux) !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :