Rangers – Suburban Tours (Olde English Spelling Bee, 2010)

Si Ducktails représente la face ensoleillée d’une certaine idée de la pop hypnagogique défendue par le label Olde English Spelling Bee, Rangers en est le côté obscure. On s’éloigne de la plage bondée pour se rapprocher du parking et de ses odeurs de gaz d’échappement et de goudron chauffé par le soleil. Si la musique de Matt Mondanile évoque les vacances alanguies, celle de Joe Knight (l’homme qui se cache derrière Rangers) est le bouchon sur l’autoroute, l’air de repos prise d’assaut par les vacanciers.

Suburban tours aurait pu être un album opportuniste surfant sur la vague hypnagogique mais il possède une personnalité forte et apporte lui aussi sa pierre à l’édifice. Il pourrait être la B.O. d’un road movie sombre et existentiel coincé sur le périphérique d’une mégalopole. L’ode à la liberté et aux grands espaces d’Easy Rider a laissé place à une virée désabusée dans une banlieue blême. On regarde le paysage péri urbain défiler derrière le pare brise. Pylônes électriques, centres commerciaux et zones industrielles sont le décor de la visite guidée à laquelle nous convie Joe Knight. Seuls, les néons aveuglants et les enseignes criardes animent le paysage.

De cet environnement moderne, de cette ville générique américaine qui ne cesse de s’étaler à perte de vue, naît un sentiment de claustrophobie et d’angoisse. Cela se retrouve dans le son sombre et dense de l’album. La production est comme étouffée et décrépie, déjà obsolète. Les basses vaguement funky mais terriblement désabusées et les mélodies en toc – du plaqué or sur des panneaux d’amiante – peinent à masquer le désenchantement et l’ennui. Sous les paillettes l’angoisse. Les morceaux s’enchaînent sans enthousiasme, comme s’enchaînent les heures d’une journée sans fin, dans une discontinuité homogène, sans jamais sembler aller quelque part. C’est la face immonde de Las Vegas ou de Los Angeles qui nous est donnée à entendre ici. L’ambiance générale est terriblement malsaine mais ce qu’il y a de plus perturbant c’est qu’on ne sait pas si on entend la bande son d’un avenir apocalyptique et fictionnel ou d’un présent trop réel que l’on refuse de voir : un monde déshumanisé et aliénant qui tente de cacher la morosité sous un sourire forcé et un maquillage outrancier. Dans les mains de Rangers, la réalité vacille. Il se pourrait que le vendeur de voitures d’occasion soit un serial killer. C’est Brazil à Disney land.

Entre junk food, séries Z et télé achat, entre désespoir résigné et visions hallucinées, Rangers accouche d’un psychédélisme sombre et moderne. Rarement musique familière aura été aussi inquiétante. Olde English spelling bee n’en finit pas de se poser en brillant fossoyeur de la culture populaire occidentale. Suburban Tours est un disque vraiment intriguant.

PS : si quelqu’un sait comment pirater un réseau informatique, qu’il me contacte. J’aimerai beaucoup entendre cet album diffusé dans mon supermarché quand je fais mes courses.

Retrouvez également cette chronique sur SUBSTANCE-M

Vodpod videos no longer available.

RANGERS « OUT PAST CURFEW » on Vimeo, posted with vodpod

Vodpod videos no longer available.

WATCH :: Rangers – « Deerfield Village », posted with vodpod

Étiquettes : , , ,

2 Réponses to “Rangers – Suburban Tours (Olde English Spelling Bee, 2010)”

  1. Laurent - Clap Yo Handz Says:

    Pour le supermarché, un flingue devrait suffire.

    • johancolin Says:

      Mmmmmm, mouais, mais je n’aurai pas l’esprit tranquille en déambulant dans les rayons. Impossible dans ce cas là d’avoir une illumination psychédélique en passant devant le fromage blanc allégé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :