James Blackshaw – The Cloud of Unknowing (Tompkins Square, 2007)

Peu de choses sont aussi belles que la musique de James Blackshaw et The Cloud Of Unknowing en est l’absolue quintessence.

Le premier morceau qui donne son nom à l’album est magnifique. Avec une dextérité et une virtuosité incroyable, Blackshaw invente des mélodies célestes, des arpèges cristallins, et accouche d’une musique à la fois complexe, subtile et qui sonne comme une évidence.

Running To The Ghost, est tout aussi splendide. Des arrangements des cordes délicats et des tintements de cloches légères comme des fleurs de muguet viennent orner les compositions. C’est de toute beauté. Un jour on en parlera comme de Five Leaves Left .

Clouds Collage est plus expérimental et rappelle l’univers de Lau Nau et Kuupuu en moins tourmenté, quand les demoiselles lorgnent vers la musique japonaise.

The mirror Speaks est plus « brut ». Les cordes claquent, le rythme est plus franc, plus haché. On s’aventure sur les terres arides et oniriques de John Fahey. Des fantômes rodent entre les effluves de marijuana et de whisky.

Le dernier morceau de l’album, Stained Glass Windows, est plus européen. Les verts pâturages anglais sont plus présents. Je ne sais pas trop pourquoi mais je pense également au raffinement de la musique de la Renaissance (enfin pour ce que j’en connais…). Quelque chose ici défie le temps. La musique resplendit. Elle possède une délicatesse, une finesse, une grâce que rien ne peut altérer pas même le final incroyable, atonal et fantomatique que Blackshaw se paye même le luxe des construire à base de stridences et de cordes frottées.

La diversité des influences est prodigieuse mais le génie de Blackshaw réside dans sa manière unique et très personnelle d’en réaliser la synthèse. Sa musique élève, elle vient du haut. Elle est lumineuse. Elle transperce.

Un des grands albums des années 2000.

Son site MySpace est ici

Advertisements

Étiquettes : , ,

2 Réponses to “James Blackshaw – The Cloud of Unknowing (Tompkins Square, 2007)”

  1. Fred Says:

    Je viens de voir que cet album a 8.7 sur pitchfork et n’est même pas dans la best new music. Du coup en zieutant une fois par semaine cette catégorie , comme tout feignant qui se respecte, je suis passé à côté.

    Ce n’est pas la première fois que je découvre après coup des albums très bien notés par pitchfork mais qui ne sont pas dans la best new music. Je me demande sur quels critères ils se basent pour décider quel album fait parti des meilleurs albums du moment vu que la note, apparemment, n’a rien à voir avec le fait d’y être ou non.

    • johancolin Says:

      L’album date de 2007. Je ne sais pas si la rubrique Best New Music existait à l’époque. Mais avec 8.7 c’est sûr il devrait y être. J’aurai visé un peu plus haut. 9.5 me semble plus correct.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :