Grizzly Bear – Veckatimest (Warp, 2009)

Yellow House des Grizzly Bear ne m’avait pas vraiment touché. Là où je devinais que le groupe voulait construire une ambiance chaleureuse et intime à l’odeur de bois patiné par le temps (cf. la pochette) je ne trouvais que la froideur plastique et lisse de Pro Tools. L’album possédait de bonnes chansons mais elles étaient malheureusement noyées dans un perfectionnisme étouffant et stérile.

Veckatimest a donc été une très agréable surprise. Si le perfectionnisme et la minutie qui caractérisent le groupe sont encore bien présents, ils sont en revanche cette fois-ci complètement maîtrisés et servent pleinement les compositions finement travaillées sans jamais s’imposer de façon tape à l’oeil à l’auditeur.

Les Grizzly Bear sont des orfèvres capables de manier comme personne délicatesse et évidence pop comme en témoignent les singles imparables Two Weeks et While You Wait For The Others. Alors bien sûr la référence aux Beatles et aux Beach Boys ne peut que germer dans l’esprit de l’auditeur ; non en terme de similitudes musicales mais plus au regard de l’ambition et de l’achèvement. Mélodies divines, arrangements à couper le souffle et harmonies célestes ne peuvent qu’évoquer l’héritage de Pet Sounds ou de Sergeant Pepper.

Difficile de mettre en avant certains morceaux tant l’album navigue sur les cimes. Chaque morceau est proche de la perfection et pinailler sur une hypothétique supériorité de l’un par rapport à l’autre n’aurait pas de sens.  Certes, certains morceaux sont plus discrets, mais ils sont autant des pauses qui permettent ensuite à l’album de re-décoller. Veckatimest est véritablement conçu comme une œuvre à part entière et non comme une collection de chansons. La construction de l’album est impeccable et on ne voit pas passer les 53 minutes. Il y a toujours quelque chose qui se trame. Le groupe maintient une tension constante et ne tombe à aucun moment dans la facilité. A chaque seconde se dessine un arrangement plus inventif que le précédent qu’il soit exubérant ou sobre.

Grizzly Bear excelle dans la pop baroque finement ouvragée qui distille l’émotion et la passion mais toujours de manière contenue et avec pudeur. Aussi luxuriants que soient certains passages ils ne sont jamais grandiloquents.

Je suis littéralement envoûté par l’architecture acrobatique de Southern Point, la grâce aérienne de All We Ask, le final épique de Fine For Now ou la puissance de We Do What We Can qui éclate comme une mer déchaînée se brisant contre des rochers.

Assurément l’un de mes albums favoris de 2009.

Publicités

Étiquettes : , , ,

Une Réponse to “Grizzly Bear – Veckatimest (Warp, 2009)”

  1. Francky 01 Says:

    « Veckatimest » de Grizzly Bear est aussi l’un de mes disques préférés de 2009 !
    Je suis bien d’accord avec toi : aucune chanson (si ce n’est peut être le très « pop » « Two Weeks », nécessaire « single ») ne se démarque mais toutes sont somptueusement réussies. Je pense qu’ils ont conçu un véritable « album »! Par là, je veux dire que c’est un enregistrement où chaque morceau est à sa place. Un choix mûrement réfléchi et pas une suite de titre single !
    « Veckatimest » est un formidable voyage dans l’univers de Grizzly Bear…..

    Toi qui aime les pochette et qui connait bien le folk/rock psyché : celle de « Yellow House » est un hommage à celle de « From home to home » de Fairfield Parlour !
    (voir si tu veux mon post dessus : http://muziksetcultures.over-blog.fr/article-52494857.html)

    A + +

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :