Michael Yonkers – Goodby Sunball (autoproduit, 1974)

Michael Yonkers fait parti de mon panthéon personnel des chanteurs folk cramés et obscurs. Il a sorti en solo 4 albums de folk bancal durant les années 70, Goodby Sunball est l’un d’eux. Ce fut également mon premier contact avec le chanteur (hormis Microminiature Love, mais c’est une autre histoire et les albums sont aux antipodes l’un de l’autre du point de vue musical).

Assez radicale comme entrée en matière. Michael Yonkers est seul à la guitare et chante d’une voix traînante et grave des chansons plus déprimantes les unes que les autres. Chanteur solitaire qui enregistre ses morceaux dans son coin et par ses propres moyens en se foutant totalement de ce que les autres personnes pourraient bien en penser, Michael Yonkers est l’illustration parfaite des termes loner folk ou downer folk. Ses chansons sont à mi chemin entre hymnes pour pochtrons en pleine descente et cantiques de Noël dégénérés.  Il se dégage quelque chose d’assez fascinant et énigmatique de cet album. Il m’évoque invariablement un vieux film en noir et blanc à l’image jaunie et granuleuse. On y verrait une campagne nue et déserte sur fond de couché de soleil.

La musique de Goodby Sunball est décharnée et désuète. Elle possède un charme suranné à la fois touchant et pathétique. Michael Yonkers allie sens du tragique et naïveté désarmante. A tel point que l’on frôle souvent le grotesque tellement il semble difficile de croire qu’il n’y a pas de second degrés ici. Et pourtant Michael Yonkers est profondément sincère. Il est complètement à contre courant de tout ce qui peut se faire, solitaire et anachronique.

Michael Yonkers balade son spleen gothique tout au long de l’album mais la dernière piste est de loin la plus étrange. Il s’agit d’une version retravaillée du premier morceau. La mélodie et les paroles sont reprises et insérées dans un collage infernal et cauchemardesque. Je n’ai jamais pris d’acide mais je veux bien croire qu’un bad trip ressemble au quelque chose comme cela. Bandes inversées et voix trafiquées s’exprimant dans une langue inconnue viennent clore magistralement cet album surréaliste.

Malheureusement Goodby Sunball n’a pas encore été réédité contrairement à ‘Grimwood’. Ça ne devrait sûrement pas trop tardé mais en attendant il est possible d’écouter quelques morceaux ici et . Ils sont malheureusement mélangés à ceux des autres albums. Pour vous y retrouver, voici ci-dessuos la liste des morceaux de l’album Goodby Sunball. Bonne écoute.

1  – Goodby Sunball
2  – Tell Me Of Love
3  – The Day Of Jubilee
4  – Angel Of The Snow
5  – Anne Is Me Lassie
6  – Another Day
7  – Morning Of Love
8  – Someone Like You
9 –  Early Wakin Mornin
10-  Strange And Lonely Land
11-  Oh Can You Tell Me
12-  Time Honored Love
13-  Goodby Sunball


 

Advertisements

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “Michael Yonkers – Goodby Sunball (autoproduit, 1974)”

  1. Michael Yonkers Band – Microminiature Love (1968 / Stijl, 2003 / Sub Pop, 2011) « Messagetoourfolks’s Blog Says:

    […] peu d’érudition : https://johancolin.wordpress.com/2010/01/27/michael-yonkers-goodby-sunball-autoproduit-1974/ "Aimer" ceci :"J'aime"Soyez le premier à aimer ce […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :