Vashti Bunyan – Just Another Diamond Day (Spinney, 1970)

Je ne connais rien de plus doux au monde que ‘Just Another Diamond day’. Rien à part bien sûr l’étreinte de ma chérie. La musique de Vashti Bunyan est d’une pureté et d’une douceur absolue. Elle est une ode à la beauté de la nature. Vashti Bunyan chante d’une voix claire et fragile des textes simples, parfois naïfs mais toujours d’une grande honnêteté. Ils relatent le voyage de la chanteuse durant un an et demi en roulotte à travers le nord du Royaume Uni avec pour compagnons Robert son petit ami, Bess le cheval et Blue le chien.

Ce disque hors du temps est à mille lieux de la furie du monde. La musique aussi légère qu’un souffle est ciselée par Christopher Sykes, John James, Simon Nicol, Robin Williamson de l’Incredible String Band et Dave Swarbrick de Fairport Convention. Les musiciens confectionnent un écrin de mandoline, harpe, guitare, banjo et dulcichord qui accompagne parfaitement la voix délicate de Vashti. Le tout est porté par les sublimes arrangements de Robert Kirby et la production cristalline Joe Boyd. Tout comme pour l’album ‘Five Leaves Left’, le duo Boyd / Kirby accouche à nouveau d’un petit bijou de délicatesse et de perfection. Les albums de Nick Drake et de Vashti Bunyan partage également un sentiment commun d’innocence et de pureté. Cependant contrairement au disque de Nick Drake, ‘Just Another Diamond day’ respire le bonheur et la sérénité. Cet album dégage un sentiment de plénitude. Il reflète la joie de Vashti d’avoir  trouver sa place en ce monde et de vivre la vie rurale et nomade dont elle rêvait. Le résultat  est désarmant de beauté et confondant de délicatesse.

J’avais souligné dans une chronique précédente le caractère éminemment féminin de la musique de Lau Nau. Je ne peux trouver meilleur adjectif pour décrire celle de Vashti. Elle incarne la tendresse. Quand j’aurais un enfant j’aimerai le prendre dans mes bras et m’installer dans un fauteuil près d’une fenêtre et regarder le jardin encore baigné de brume matinale en écoutant ‘Just Another Diamond Day’.

Voilà le genre de pensée qui peuvent germer de l’écoute de ‘Just Another Diamond Day’, c’est dire le pouvoir de cet album. Passé totalement inaperçu lors de sa sortie en 1970, il a depuis gagné le statut d’album culte et de chef d’oeuvre oublié et ne cesse d’être découvert par un public toujours plus large sous l’impulsion des artistes de la nouvelle scène folk, Animal Collective en tête.

En écoute ici

Étiquettes : , , , , , , , , ,

2 Réponses to “Vashti Bunyan – Just Another Diamond Day (Spinney, 1970)”

  1. Laurent - Clap Yo Handz Says:

    bien d’accord pour la plénitude… l’écouter c’est comme s’allonger sur un nuage de coton moelleux (enfin j’imagine). je prépare un podcast un peu (mais pas que) de cette trempe. chouette blog en tout cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :